159.jpg

La feuille blanche

De tout temps les étudiants qui passent un examen écrit ont cherché à impressionner le jury ; soit par des mots compliqués, peu usités, soit par une mise en page particulière parce qu’ils ne connaissaient pas bien (ou pas du tout) le sujet proposé, soit pour avoir pensé que l’examinateur allait se faire une opinion plus flatteuse de leurs connaissances.

Le pompon en la matière revient à une étudiante japonaise, qui elle en plus, a pris de gros risques au cours d’un examen équivalent à un partiel chez nous. Le sujet étant l’histoire des Ninjas.

Elle a tout simplement rendu une feuille blanche. Oui, une feuille blanche.

Et pourtant elle a obtenu vingt sur vingt ! qu’a-t-elle fait pour cela ?

Amis lecteurs n’imaginez pas que cette jeune personne ne savait pas répondre sur le sujet. Au contraire elle connaissait son sujet sur le bout des doigts. Alors ? Et bien tout simplement, elle a eu l’audace de rédiger une dissertation en utilisant une encre invisible. Et pour s’assurer que son examinateur ne lui mette pas un beau zéro pointé, elle a précisé en bas de page, à l’encre normale cette fois, que pour découvrir son texte, il fallait chauffer la copie. Elle a utilisé une technique qui consiste à écraser du Soja, d’en faire un jus mélangé à de l’eau, et ensuite à écrire avec un pinceau très fin.

Il se trouve que cet examinateur a pris la chose au sérieux, il a chauffé la copie, la lisant au fur et à mesure en pensant dès les premières lignes qu’il allait lui mettre vingt sur vingt, saluant le courage et l’inventivité de cette élève. Inventivité ? Pas tant que cela : il se raconte que les ninjas s’échangeaient ainsi des messages secrets sans laisser de trace. Futée la gamine !

Bon, il ne faudrait pas que Jacqueline se mette à utiliser un tel système pour publier ses horoscopes….Ah ! oui, ils sont sur le Net. Ouf , sauvés !

La feuille blanche
Partagez cet article