Laprès.jpg

L’après

Ainsi il y aura un autre nom de ville qui aura marqué d’une pierre noire l’histoire du monde et des hommes. Après Guernica, Oradour sur Glane, Stalingrad, Hiroshima et Nagasaki, il nous faudra ajouter sur le tableau noir, très noir, de l’espèce humaine le nom de Wuhan. Soyons francs, bien peu d’entre nous auraient pu situer cette ville sur la carte du monde, et soyons encore plus francs, bien peu l’auraient située en Chine.

Pourtant, à cause d’un stupide virus— quoi de plus stupide d’ailleurs ? —ce nom restera désormais dans l’histoire de l’humanité, et pour longtemps, et pour toujours. Pas à cause d’une guerre cette fois certes, mais à cause d’un truc invisible qui tue autant que certaines bombes sophistiquées de fabrication humaine…enfin…humaine, vite dit.

Quoiqu’il en soit, nous voilà devant un poison qui ronge nos sociétés au point de nous obliger à un confinement strict, pour espérer bientôt en être débarrassés.

Cela laissera des traces, des chagrins, des douleurs ; il n’y aura pas de maisons détruites, de ponts écroulés, mais gageons que les dégâts faits sur nos esprits seront, hélas ! considérables.

Et pour ce combat-là, nous aurons aussi nos héros, le personnel soignant, les médecins, tous ceux qui, par leur boulot, et face au péril, auront fait en sorte que la vie sociale puisse continuer ; et puis nous tous, qui en respectant les gestes barrières et le confinement auront fait reculer le hideux visage d’un stupide virus.

Restons citoyens, l’après sera beau.

 

 

L’après
Partagez cet article