occupés.jpg

Occupés

Certains d’entre nous font, ou essaient, de faire des mots croisés, d’autres des mots fléchés, d’autres enfin, des jeux avec des mots manquants. Tous dans l’espoir illusoire de chasser les maux qui nous accablent en ce temps de confinement. Des mots pour soulager des Maux.

Il y a aussi ceux pour qui le confinement est propice à la lecture, et comme les librairies sont fermées, ils relisent, ou bien picorent ici ou là, tel passage dans leur(s) ouvrage(s) de chevet.Il semble, d’après les sondages que « La peste » de Camus et « Le Hussard sur le toit » de Giono soient des best-sellers en ce moment épidémiologique, la peste ou le choléra. Allez comprendre.

Et puis il y a ceux qui plus prosaïquement font du jardinage, sur leur balcon, sur leur terrasse, et pour les plus chanceux dans leur jardin. Ils plantent, arrosent, taillent, pour que la nature revive bientôt dans toute sa luxuriance.

Et encore ceux qui surfent sur le net, du matin jusqu’au soir, à la recherche d’une info qui ne soit pas anxiogène, qui leur donne un peu d’espoir, quelques sourires. Ils n’oublient pas évidemment, l’horoscope de Jacqueline, et c’est heureux.

Il y a les cinéphiles qui avalent des kilomètres de pellicule, et des aventures plus ou moins rocambolesques qui leur font quitter l’angoisse de ne pas sortir.

Il y en a tant d’autres, ceux qui cuisinent compulsivement ; ceux qui tout aussi compulsivement, font le ménage, repeignent leur appartement ; ceux qui bricolent, ceux qui râlent, et ceux qui font des mégas siestes, coquines ou pas…

Bref tout un peuple de gens comme vous et nous, qui confrontés à une chose qu’ils n’auraient jamais imaginée, essaient de tenir avec dignité et patience.

Et qui à vingt heures applaudissent les héros de ce triste temps.

L’après sera beau, il le faut.

 

Occupés
Partagez cet article