9177.jpg

Oro verde

L’hélicoptère passe lentement. Les policiers se tiennent à l’affut, l’arme prête à être dégainée.Il y a des véhicules militaires sur le bord de la route. C’est l’image qui s’offre aux yeux des habitants qui, eux, sont habitués, mais aussi à ceux des touristes éberlués.

À partir du mois d’août et ce jusqu’au mois d’octobre, un an sur deux, c’est ce spectacle qu’offre une partie des pentes de l’Etna, en Sicile. Et non, chers lecteurs, il ne s’agit pas du tournage d’un film, ou d’une série TV, mais plus prosaïquement de la surveillance de trois mille hectares d’Oro verde.

   De l’or vert ? Eh bien oui, il s’agit là de préserver de la convoitise des voleurs, les pistaches du village de Bronte. Protéger des voleurs, parce que ces pistaches sont les plus chères du monde (environ 100 € le kilo !) et que ces voleurs qui agissent à la nuit tombée, en connaissent bien sûr la valeur marchande. Et comme la récolte se fait à la main les années impaires, et qu’elle doit être séchée au soleil pour être conservée pour l’année paire sans récolte, on en comprend le prix.

Les pistaches de Bronte bien qu’elles ne représentent que 1% de la production mondiale, ont la réputation de tenir largement tête à celles produites de façon colossale en Iran, en Californie, en Turquie. Elles sont les seules pistaches AOC d’Europe.

Pour mémoire, rappelons que le nom de pistache viendrait de la ville de Psitacco en Syrie, et que la reine de Saba qui appréciait particulièrement ce fruit et en réservait la consommation à sa cour.

Nous, nous nous contenterons d’en déguster quelques-unes à l’apéro et en consultant notre horoscope sur le site de Jacqueline en espérant qu’il ait la même douce saveur.

Elle n’est pas belle la vie ?

Oro verde
Partagez cet article