panne-scaled.jpg

Pannes

Ainsi donc il y a eu cette semaine passée, un jour où il n’a pas été très judicieux d’être malade, ou plus prosaïquement, d’avoir besoin de secours.

Une panne a rendu inaccessibles de nombreux services de secours, 15, 17, 18, 112, tous ces numéros que nous connaissons, ou devrions connaître par cœur ; ces numéros qui doivent nous mettre en relation d’urgence avec ceux qui sont censés nous aider en cas de problèmes graves de santé, de problème graves de sécurité, d’incendie ; et bien, on pouvait les composer, mais au bout du fil….rien, personne…ou alors après un temps très long on vous donnait un numéro de substitution qu’il fallait retenir , et quand on est paniqué…pas facile.

Le plus grave, est, semble-t-il, que cette panne ait provoqué des drames, plusieurs décès sont avérés, à la Réunion une femme a passé trois heures à tenter d’appeler les secours, le décès d’un bébé semble dû à cette panne. Des enquêtes judiciaires sont en cours. Bref, l’horreur quoi.

Ça n’est, ici, ni le lieu ni notre ressort de commenter ce genre de drame bien que cela en soit un. Mais comme tout un chacun, pouvons-nous remarquer que cette technologie qui devrait améliorer nos vies, la rendre plus sereine aggrave bien souvent nos problèmes. Certes, nous pouvons comprendre sa nécessité, la complexité des installations téléphoniques, des réseaux mis en place par l’opérateur en cause ; peut-être même faudra-t-il ne posséder qu’un ou deux numéros d’appel d’urgence. Certes, mais à une époque où l’on peut rentrer si facilement en communication avec un astronaute qui tourne autour de la terre, comment ne pas rester dubitatif devant ce fait de société ? Comment ?

Pannes
Share this post