Pas-terrible.jpg

Pas terrible

Ça la fiche mal, très mal même. En pleine période ‘’Metoo’’ ‘’BalanceTonPorc’’

et autre mouvement contre les hommes, plutôt en faveur des femmes. À un moment ou le vrai féminisme est remis à sa juste place, voilà que les mouvements féministes se sont infiltrés dans les muséums d’histoire naturelle.

Une étude publiée dans une (très) sérieuse revue scientifique anglaise révèle que les oiseaux et mammifères mâles sont sur-représentés dans ces établissements dédiés à la culture animale.

Il semble en effet, que sur une analyse de près de 2,5 millions de spécimens d’oiseaux et mammifères collectés par les muséums de Londres, Paris, New York, Washington et Chicago depuis le XVIIIe siècle, il existe un décalage important entre mâles et femelles, décalage en faveur du mâle, mais surtout, susceptible de biaiser les travaux scientifiques menés à partir de ces spécimens.

En gros, on considère que les femelles vont de 40% pour certaines espèces à 9% pour les chauves-souris par exemple. Quelle conséquence ? En ignorant les femelles on n’a pas un tableau complet du vivant, tableau essentiel pour savoir comment la taille des corps pourrait répondre au changement climatique par exemple, et pourquoi ce décalage ?

Une scientifique ayant mené l’enquête nous répond : « Regardez comment les femelles sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement, cela reflète des stéréotypes de genre chez les humains, pas la réalité dans la nature ».

Dernière constatation, les responsables des collections dans les musées sont pour l’essentiel des hommes.

Au moins, dans les horoscopes de Jacqueline, pas de différence entre hommes et femmes !

Pas terrible
Partagez cet article