silence.jpg

Silence

Dans cette période de confinement acceptée plus ou moins par tous, nous aurons au moins retrouvé une vertu que nos vies modernes et trépidantes nous avaient fait oublier, il s’agit du silence.

Certes, dans un moment où nous sommes obligés de rester enfermés, certains d’entre nous, oublieux des règles de bon voisinage, manipulent leur perceuse électrique, leur aspirateur, leur téléviseur, leur chaîne hi-fi, de façon compulsive, certes, mais, l’un dans l’autre, le silence a repris sa place. Nous écrivons ‘’sa place’’,car il est indispensable à notre équilibre.

Les rares fois où, en règle, nous sortons, nous marchons dans les rues profitant d’un silence magique soudain retrouvé. Nous entendons des oiseaux que nous n’entendions plus, le bruit du vent dans les branches des arbres, et sommes surpris parfois, par le bruit de notre propre respiration. Cela à cause d’un stupide et imbécile virus. Le silence nécessaire a donc un prix, il nous faudrait donc une calamité pour le retrouver.

Un prix écrivons nous, oui, sans doute, puisque notre société de fureur et de bruit, de machines crépitantes, de véhicules trop sonores, de musiques imposées partout, dans les magasins, les hôtels ; comme si le silence faisait peur, comme si le bruit nous était nécessaire pour avoir l’air d’exister.

Qui sait ce que nous réserve l’avenir ? Mais pourvu que le prix de ce silence retrouvé ne soit pas de renoncer au contact avec nos semblables.

Allez, amis lecteurs, soyez prudents, respectez les gestes barrière, et n’oubliez pas l’horoscope de Jacqueline.

L’après sera beau.

 

Silence
Partagez cet article